le Jardin Médiéval de Padiès

le Jardin Médiéval de Padiès

la légende de la Primevére

prima vera ou premiere fleur du printemps

la primevere se rencontre sous la forme de

primevere elevée (éliator)


 

primevere officinale


ou primevere acaule


l'acaule est facile à identifier elle est au ras du sol ses fleurs jaune pâle solitaires, portées chacune par un long pédoncule qui les rattache à une tige si courte qu'on ne la voit presque pas (d'où son qualificatif d'"acaule", qui signifie "sans cou"). elles sont sans parfum mais sont cependant comestibles fleur et feuille pour accompagner les plats

c'est plus subtile entre la primevere elevée et l'officinale et pour les différencier il faut verifier la presence de petites taches orange sur la fleur dans ce cas c'est une officinale si elles n'y sont pas c'est une eliator

celle qui m'interesse c'est la primevere officinale appelée aussi "coucou" sa particularité en
 botanique c'est ce que l'on appelle "hétérostylie" qui  favorise les pollinisations croisées.

Hétérostylie :  particularité des  plantes présentant simultanément deux types de fleurs - parfois plus - les unes à styles courts, les autres à styles longs.

Style : retrécissement plus ou moins long qui unit l'ovaire de la fleur à un seul ou plusieurs stigmates.

Stigmate : c'est l'extrémité du carpelle ou du pistil dont la surface collante retient le pollen.

Carpelle : (attention,on dit un carpelle) partie de la plante constituée par un ovaire, un style et un stigmate.

le coucou est donc officinal et comestible et  parfumé
 
Son usage officinal apparait avec hildegarde de bingen dans son "Jardin de santé". Dans ce manuscrit célébre, cette nonne allemande qualifie notre "coucou" de "clé des portes du paradis" et y voit un remède efficace dans les cas de mélancolie et de paralysie. Par la suite, les guérisseurs ont également utilisé la primevère officinale pour ses propriétés expectorantes, antibiotiques, diurétiques et laxatives.  Il n'y a pas de contre-indication connue à sa consommation, en quantité raisonnable mais sa forte teneur en saponine (Les racines,  les feuilles, les tiges et les fleurs en contiennent beaucoup.)peuvent incommoder si on en abuse
Au XVIIIème siècle, le botaniste suédois Carl von Linné (1707-1778) vante ses propriétés sédatives, particulièrement dans la lutte contre l'insomnie. Et il parlait en connaissance de cause.

 

Son Histoire

On l'appelle aussi les clés de St Pierre car leur floraison élevée et groupée évoque un trousseau de clef qui est l'embleme de st PIERRE
la légende raconte que St Pierre ayant entendu une rumeur comme quoi les hommes projetaient de rentrer au paradis par la porte de derriere au lieu des portes dont il avait les clés ,se trouvait dans un état de contrariété face à ce manque de respect,qu'il en perdit son trousseau de clés qui du ciel tomba sur terre(en allemand le coucou s'appelle "himmelschüsselchen"himmel=ciel shüssel=clé chen=diminutif ce qui signifie petite clé du ciel),où il prit racine et ainsi fleurit le coucou

Comme dans la mythologie nordique cette fleur est associé à freya,qui pouvait s'en servir pour captiver les enfants et les emmener dans son palais. Les chrétiens vont aussi l'associer à la Vierge.Pour les celtes c'etait une fleur sacrée, associée au Fées, toucher une pierre des fées avec un bouquet de primevere vous ouvrait la porte sur le monde des fées et ses trésors a condition d'avoir cueilli le bon nombre de fleurs sinon c'était la malédiction assurée.
on dit aussi que le nombre de ses 5 pétales est associé à la femme :naissance,initiation, apogée, repos, mort
Avant l'ere des jouets, on fabriquait des balles de fleur de coucou pour les petits


En cuisine, ce sont les jeunes feuilles ( les feuilles matures deviennent dures et fibreuses) et les fleurs (détachées de leur calice gonflé) qui sont utilisées. Les racines sont  réservées plutôt à l'usage médicinal, sous forme de décoction.
on peut les consommer crues en salade ou cuite comme les épinards ou dans les potages

les fleurs viendront décorer les desserts en particulier la creme anglaise

Côté boissons ménagères,on peut fabriquer le thé de fleurs, la limonade aux fleurs, et le vin aromatisé aux fleurs de primevères, dit aussi "vin des cardiaques".


Thé de fleurs de primevère officinale

Il se prépare avec 50 gr de fleurs sèches pour un litre  d'eau bouillante. Mais il se consomme froid, et même glacé. Un petit verre avant le coucher, et vous passerez une nuit paisible dans les bras de Morphée.

Limonade de fleurs de primevère officinale

Remplissez une bouteille d'un litre avec des fleurs fraîches non serrées et non écrasées. Versez de l'eau jusqu'à leur immersion complète. Ajoutez un jus de citron et du sucre cristallisé (50 à 80 gr). Bouchez bien votre bouteille et mélangez en la retournant et en secouant doucement. Placez-là ensuite sur un appui de fenêtre, en plein soleil. Après 24 heures, ouvrez et filtrez le mélange. C'est prêt ! A consommer bien frais et à conserver au frigo. Tonique et délicieux.

une recette anglaise:Primrose pottage was made by boiling pounded flowers, honey, almond milk, saffron, rice flour and powdered ginger It was served garnished with flowers.

Le "vin des cardiaques"

Ce vin parfumé  se prépare dans une bouteille d'un litre remplie avec 50 gr de fleurs fraîches, que vous compléterez avec du vin blanc et un peu de miel liquide. Fermez la bouteille et laissez fermenter au soleil pendant deux semaines. Ouvrez et filtrez. Ce vin peut se conserver en cave. Servez bien frais.

2 sites m'ont permis d'ecrire cet article je vous invite à les découvrir

//www.angelfire.com/journal2/flowers/pcd10.html tout en anglais

//lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/archive/2007/11/02/qui-quoi-pourquoi-notre-credo.html



27/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres